Jeudi Veggie, EVA

Less meat, less heat

Less meat, less heat?
Le lauréat du prix Nobel milite pour une moindre consommation de viande
Publié dans : foodservices 12 (édition de novembre)
Auteur : Koen Vandepopuliere

Invité par l’association végétarienne flamande EVA, le 30 août, le Dr. Rachenda Pachauri a tenu une conférence sur le lien entre consommation de viande et changement climatique. Cet Indien d’origine a reçu, en décembre 2007, le prix Nobel de la Paix, en tant que président de l’IPCC, le Programme International pour le Changement Climatique. Il a partagé les honneurs avec Al Gore, qui avait sensibilisé le grand public au réchauffement climatique avec son documentaire « Une Vérité qui Dérange ».

Pachauri est végétarien depuis 10 ans. Il rappelle la gravité du réchauffement climatique : « Onze des douze années les plus chaudes, mesurées depuis 1850, ont été enregistrées au cours des 12 dernières années. » L’homme affirme que la consommation de viande y contribue de manière significative. « L’élevage est responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales, dont 9 % du CO2.

De plus, ces animaux sont à l’origine de 37 % du méthane rejeté, notamment par leurs flatulences. Ce méthane a un effet de serre bien plus puissant que celui du CO2 ! Enfin, leur fumier est responsable du rejet de 65 % de l’oxyde d’azote. Et ce gaz à effet de serre est 296 fois plus puissant vis-à-vis du réchauffement climatique que le CO2… Un exemple parlant : 1 kg de steak a le même impact sur le réchauffement qu’un voyage de 250 km en voiture de modèle européen. »

Le lauréat du Prix Nobel de la Paix constate également que cette contribution de la viande au réchauffement climatique est une conséquence d’un récent changement des habitudes alimentaires. Il explique : « En 2006, les hommes produisaient 276 tonnes de viande de poulet, porc, bœuf et autres animaux , 4 fois plus qu’en 1961. Si l’on tient compte de l’augmentation de la population mondiale, cela signifie que l’on consomme deux fois plus de viande : 43 kg par personne et par an.  Autre fait significatif : entre 1950 et 2000, la population a plus que doublé, passant de 2,7 à 6,7 milliards, alors que la production de viande à quintuplé : de 45 à 233 milliards de kilos par an ! »

Rachenda Pachauri conclut : « Si chaque personne en Flandre participe à la campagne du Jeudi Veggie d’EVA, cela aura le même effet non négligeable que de bannir 500 000 voitures de la route… et, partant de cela, les citoyens atteindraient déjà la moitié des objectifs de Kyoto. »