Jeudi Veggie, EVA

Plan par étapes

Plan par étapes 

Le plan par étapes est très utile si vous voulez instaurer la campagne “Jeudi Veggie” dans votre école, il servira de fil conducteur et vous guidera dans votre démarche. En effet, de nombreux points sont à prendre en considération et il est important  de n’en omettre aucun. Procédez par étapes. Nous passons ici en revue ces étapes importantes.

Quel est le principe ?
La campagne “Jeudi Veggie” est une campagne destinée au grand public et ne vise donc pas les végétariens ou ceux  qui mangent déjà régulièrement végétarien. Le but de la campagne est justement d’amener le grand groupe des mangeurs de viande à choisir pour un jour sans viande ni poisson, c’est à dire un jour végétarien.

Ceux qui sont déjà familiarisés avec la cuisine végétarienne peuvent éventuellement ici donner leur avis mais personne ne doit avoir le sentiment que le végétarisme est imposé.

Grâce à son approche positive (ne pas obliger mais plutôt séduire) la campagne “Jeudi Veggie” ne rencontre pas beaucoup de résistances,  néanmoins il est utile d’informer pleinement et sur une base scientifique la direction et le  personnel de l’école des bienfaits du sujet. Faites valoir qu’à Gand les écoles communales participent déjà toutes au “Donderdag Veggiedag”, et que la ville s’est de cette façon rendue attrayante pour la presse (internationale également). D’autres villes ayant fait le même choix, ont elles aussi bénéficié de cette attention positive, ce qui sera peut être un atout pour la direction.

Comment pouvez-vous élargir la base ? 


Le personnel de l’école
Organiser une séance d’information,  une projection de film (par exemple: LoveMEATender), une journée pédagogique ou participer à un atelier “Jeudi Veggie” d’EVA.  Présenter également la campagne au groupe d’ERE (Éducation Relative à l’Environnement), puisque cela rentre parfaitement dans leurs attributions.

Les élèves
Découvrez sur LoveMEATender le dossier éducatif que Réseau Idée a développé pour les élèves du secondaire en collaboration avec Planète-Vie et EVA. Des élèves peuvent ainsi également sensibiliser d’autres élèves, les enseignants ou leurs parents.

Les parents
Dès qu’il a été décidé que l’école participera au Jeudi Veggie, les parents devront naturellement être mis au courant. Ils peuvent être informés via les enfants qui ont abordé le sujet en classe ou via le conseil des parents. Vous pouvez donner aux enfants une lettre destinée aux parents avec un supplément d’informations et les encourager à se renseigner sur le sujet. Vous trouverez un exemple de lettre aux parents à télécharger sur notre site.

La cuisine
La cuisine ou le restaurateur (catering) sont les acteurs les plus importants. Mais ce qui est méconnu est trop souvent décrié, et une petite des lacunes en expertise nutrition végétarienne peut parfois conduire à des réactions défensives. Prêtez donc une attention soutenue au personnel de cuisine : faites en sorte de les impliquer dans le processus et stimulez leur enthousiasme. Nous avons une brochure destinée au personnel de cuisine avec de plus amples informations sur la cuisine collective végétarienne. C’est la brochure  “Veggie pour la restauration collective”.  Si la cuisine à l’école a besoin de plus de soutien, vous pouvez alors assister à un atelier organisé par EVA ou bien consulter des livres, spécialement à l’intention des restaurateurs et des cuisines collectives.

Une première étape importante est d’informer et de sensibiliser les personnes qui décident de l’introduction d’un jeudi végétarien dans l’école, que ce soit par le haut (le conseil d’administration, la direction, etc.) ou par un exercice de démocratie (via référendum auprès des enseignants). Vous pouvez trouver sur notre site du matériel d’informations que vous pouvez utiliser.

En pratique
Vous avez maintenant décidé de lancer un Jeudi Veggie. Comment allez-vous vous y prendre ? Le but est en effet que chacun puisse goûter à un repas complet et surtout savoureux ! Si l’école dispose d’un propre équipe de cuisine, parlez de la décision avec les cuisiniers et le personnel de cuisine et offrez-leur le soutien nécessaire. Comme il a été mentionné plus haut, EVA dispose d’informations, propose des ateliers et peut vous donner des conseils.
 
Quelques possibilités pour mettre la cuisine sur le bon chemin:

  • Le guide “Veggie pour les chefs” : un guide de base pour les restaurateurs et d’autres professionnels. Le guide est gratuit et disponible auprès de l’asbl EVA.
  • “Veggie pour la restauration collective” : spécialement à l’intention des cuisines collectives. Le guide contiendra aussi bien des conseils pratiques que des recettes.
  • Les ateliers et les démonstrations : nos formateurs se mettent au travail avec un groupe de cuisiniers et préparent de délicieux plats végétariens. Les ateliers peuvent être soit donnés sur mesure, soit via les organisations professionnelles de cuisines collectives (payant).
  • Conseils: nos professionnels parcourent ensemble avec les cuisiniers leur gestion de l’entreprise. Nous demandons d’avance toutes les informations nécessaires pour que la séance se déroule aussi efficacement que possible. Nos professionnels fournissent entre autres des conseils sur la composition des menus (repas complets et équilibrés), la connaissance des produits, la créativité et le prix de revient. Un repas végétarien ne doit pas être plus cher ou moins bon qu’un repas classique avec de la  viande (payant).
  • Si votre école travaille avec un restaurateur externe, allez à la rencontre de ces personnes pour une discussion. Les restaurateurs, surtout les plus gros, se rendent compte de plus en plus qu’il est bon d’être en mesure de pouvoir offrir des repas végétariens. La demande pour des repas végétariens augmente et va continuer à augmenter dans l’avenir. En se préparant à cette évolution, les restaurateurs peuvent espérer conserver leur clientèle. Beaucoup de traiteurs s’adapteront facilement à la demande pour des plats végétariens. Les repas ne doivent certainement pas être plus chers, bien au contraire !  

Des plats savoureux?
Que les plats soient préparés en interne ou en externe, il est important de porter de l’attention à la qualité. Soyez sûr que le repas végétarien soit délicieux et complet. Personne en effet ne souhaite  manger tous les jeudis une assiette ennuyeuse (de la salade verte et un ragoût de haricots sans goût) “juste parce que c’est bon pour l’environnement”. Les repas végétariens doivent supporter la comparaison avec les plats classiques. Organisez pour cette raison une séance d’essai à plusieurs. Goûtez les plats et discutez des repas qui figureront le premier mois sur le menu. Si les cuisiniers ont déjà de l’expérience dans la préparation de repas végétariens, planifiez les repas les plus populaires à partir de maintenant les jeudis. De cette façon, tout le monde peut s’en régaler.

Que ne faut-il pas faire?
Proposer comme option veggie une ciabatta avec des omelettes et des légumes face à une carbonnade avec des frites n’est pas une bonne idée. Il ne faut pas être un expert pour prévoir quel plat aura le plus de succès. Assurez-vous que les deux versions du menu soient aussi bonne l’une que l’autre. Les frites et les plats de pâtes ont du succès, tenez-en compte lors de la rédaction du planning.

L’organisation des plats
Via la campagne Jeudi Veggie, nous voulons séduire le public afin de lui faire choisir une fois par semaine un délicieux plat végétarien et cela sans aucun sentiment d’obligation. Pour ceux qui ne souhaitent pas participer, Il faut donc prévoir un menu alternatif avec viande. Bien sûr, l’objectif est qu’un maximum de personnes opte pour l’option durable et respectueuse de l’environnement et il est donc déconseillé de rendre le choix du menu avec viande trop facile. L’idéal serait de faire en sorte que le plat du jour standard soit végétarien le jeudi, mais que les personnes qui veulent un plat avec de la viande puissent quand même le commander s’ils le veulent. Regardez comment le partage des repas est organisé et voyez ensemble ce qui peut éventuellement être adapté le jeudi.

Informer les parents, le corps enseignant, le personnel et les élèves
Il arrive qu’une école s’inquiète des réactions des parents. Vous pouvez tout de suite les rassurer : notre expérience montre qu’il y a peu de réactions négatives suite à l’introduction d’un jour hebdomadaire végétarien. Il est essentiel que les parents sachent que leurs enfants n’auront pas de carences le jeudi et que l’école aura les mêmes exigences concernant les repas le jeudi que les autres jours. En outre, ce jour-là, les enfants apprendront à manger sainement. 

Quand malgré tout il y a des objections de la part des élèves, parents d’élèves ou professeurs c’est souvent le goût  qui est en est la cause. On peut éviter cela en faisant faire un comité de teste pour gouter les nouveaux menus.